guitare avec laguitare.com (guitares, basses, lutherie, matériel guitare


INTERVIEWS LUTHIERS - PHILIPPE BERNE PHILIPPE BERNE AU SALON DE LA MUSIQUE à PARIS, DU 09 AU 12 SEPTEMBRE 2006

  
Le salon vu par les rédacteurs :
Jacques : Présentation - Village des luthiers
Ricardo : Présentation - Tristan Klein
   
   
  Invité : Le salon de Judge Fredd
Philippe Berne - Cordonnées
Je connais Philippe Berne depuis que j'ai commencé à faire les expositions de luthiers en 2000. Ses guitares m'ont toujours intrigué et son originalité n'a d'égale que sa sympathie. Il a toujours cherché l'originalité dans les bois, les formes, les couleurs, quitte souvent à faire grincer les dents de ses propres collègues.
Passionné mais tranquille, je vous propose de lire l'interview qu'il m'a accordée lors du dernier jour du salon.

Bonjour Philippe, quelles sont tes impressions en cette dernière journée d'exposition ?
Alors globalement, j'en suis assez satisfait pour les rencontres et les ouvertures que je trouve ici. Sur le salon dans son ensemble, c'est la première fois que je fais un salon de la musique, je peux difficilement appréhender quelque chose que je ne connais pas. L'investissement est énorme et comme tu peux le constater, les luthiers sont très peu présents.

Donc c'est un gros investissement pour un luthier …
Enorme, oui. Habituellement on va exposer dans des salons où c'est 7 ou 10 fois moins cher qu'ici. Je pense avoir bien investi et fait un bon salon et de bonnes rencontres mais il n'y a que l'avenir qui me le dira.

Ca t'a coûté combien ce stand ?
Au total, ça va me coûter 2 600 euros et avec l'électricité en plus, parce qu'ils te le disent au dernier moment qu'il faut payer l'électricité, ça va me revenir à 3 000 euros pour un stand de 9 m2.

Ah ouais ! En effet, on peut parler d'un énorme investissement pour un artisan luthier, Malgré tout, tu es content de ton expo ?
Oui, car ici on a accès à tout un public que l'on ne voit pas dans les festivals ou salons dédiés à la guitare dans des circuits plus traditionnels dans la musique jazz, un peu le blues mais le reste du public pour l'attraper, c'est ici qu'il faut venir.

Bon, parlons de tes instruments maintenant parce que rien que visuellement, ils sont assez atypiques et je sais que tu utilises parfois des bois qu'aucun autre luthier utilise.
Pas tout le temps, mais je cherche … je me suis baladé dans les musées, j'ai vu que les gens faisaient des instruments avec les bois qui les entouraient. Ce sont des bois qui fonctionnent très bien, très beaux, que personne ne connaît y compris mes collègues.

Quels sont ces bois ?
Par exemple, du Robinier, du Sorbier, de l'Alisier. Tous les fruitiers, Pêcher, Abricotier, Pommier quoique le Pommier est souvent utilisé. Ces bois là ont des vraies qualités acoustiques. C'est toujours un peu difficile à défendre et je me bats depuis très longtemps. Aujourd'hui, j'ai un peu lâché du mou car je propose du palissandre (rire) mais il n'empêche que je ne pense pas qu'avec un palissandre, j'atteigne des sommets en acoustique que je n'aurai jamais autrement. C'est pas vrai, pour moi ce n'est pas vrai. Ca n'engage que moi et donc je propose simplement de découvrir d'autres choses. La nature à proprement parlé n'a pas d'intention, elle n'a pas créé des bois pour faire des guitares et des bois pour faire des meubles. C'est nous qui choisissons et ensuite interviennent les qualités techniques du bois et une fois que l'on a sélectionné cela, il reste l'esthétique.

Peux tu nous parler de ta rencontre avec la basse et ce modèle harpo-basse en particulier ?
Dans un premier temps j'ai travaillé sur des basses acoustiques normales dont j'avais augmenté les dimensions parce que j'aime la basse et les fréquences basses. Pour aller chercher de la fréquence, on est obligé d'avoir du volume et de la surface. Il s'agit de mettre en vibration une table d'harmonie suffisamment doucement pour qu'elle puisse produire de belles harmoniques basses. La basse acoustique a ses limites en taille à moins d'en faire une énorme guitare basse mexicaine. Il faut donc chercher de la puissance et de la souplesse. Je suis donc parti sur l'idée de l'harpo-basse qui est en fait le mode de vibration des harpes, un peu comme une contrebassine. Une contrebassine est une harpo-basse mais je l'ai adaptée à une guitare. Le renversement est contraire à ce qu'on trouve sur une basse de type contrebasse ou violoncelle par contre techniquement, cela permet d'assouplir la table d'harmonie pour la faire vibrer le plus lentement possible. Et là, j'ai trouvé une solution, il en existe d'autres, mais c'est pour moi une solution pour faire un instrument qui soit plus loin que la basse acoustique sans aller jusqu'à la contrebasse quand même mais avec du moelleux et de la rondeur dans le son.

Tu as l'air fier de cette réalisation…

Oui, j'ai travaillé pendant cinq ans. A mon avis à partir du moment où j'ai commencé à bosser dessus et jusqu'à ce modèle là, que j'estime abouti et encore, plus j'en vendrai, plus les retours que j'aurai m'aideront à le faire évoluer.

Alors longue vie à l'harpo-basse !!
Ah merci mon Jacques !

Et surtout merci de représenter la lutherie française si peu présente à ce salon !
Merci à toi !!

Interview réalisée par Jacques Carbonneaux le 12/09/2006

Cet instrument est une HARPOBASSE. Le mode de vibration est celui des harpes : les cordes tirent le chevalet et la table d'harmonie, inversement à une basse normale ou même une contrebasse. La longueur vibrante est de 86 cm (comme les basses acoustiques ou électroniques) : on peut donc utiliser des cordes de basse. Jouable au archet. Possibilité de frettage du manche.
Micro : SCHERTLER électrdynamique (sortie XLR)
Bois utilisés : fond et éclisses en frêne et olivier, table en épicéa (âme réglable sous les aigus), manche en érable, chevalet et cordier en ébène, touche en sorbier.
4 mécaniques BH. 1 pic cello. 1 housse de transport.
Le son acoustique de la harpobasse est très moelleux et très puissant (2 ou 3 fois + que n'importe quelle basse acoustique).
Philippe Berne est le seul fabriquant de ce type de basse, fruit de 4 années de travail.
En savoir plus
Le groupe "Les invités" sur le stand et avec les instruments de Philippe Berne
 
ARTICLES RELIES
Cliquez sur l'image pour accder  l'article
26-12-2016
Philippe Berne
Au 2eme salon de la guitare de la Bellevilloise
Cliquez sur l'image pour accder  l'article
27-12-2015
Philippe Berne
Au salon de la guitare de la Bellevilloise 2015
Cliquez sur l'image pour accder  l'article
12-11-2015
Philippe Berne
Première lune et mano Jazz
Cliquez sur l'image pour accder  l'article
09-11-2013
Philippe Berne
La Bowed G, la guitare à archet à Issoudun 2013
Cliquez sur l'image pour accder  l'article
09-11-2013
Philippe Berne
Sazouk à Issoudun 2013
Cliquez sur l'image pour accder  l'article
07-11-2013
Philippe Berne
Jo Guitar à Issoudun 2013
Cliquez sur l'image pour accder  l'article
21-10-2013
Philippe Berne
Nouveautés et guitare banjo
Cliquez sur l'image pour accder  l'article
13-11-2012
Philippe Berne
Guitare Banjo salon des luthiers issoudun 2012
Cliquez sur l'image pour accder  l'article
26-10-2012
Philippe Berne
Guitare Banjo 18 cordes
Cliquez sur l'image pour accder  l'article
07-05-2012
Philippe Berne
Stick-Bass
Cliquez sur l'image pour accder  l'article
20-11-2011
Philippe Berne
Basse 2 cordes
Cliquez sur l'image pour accder  l'article
10-11-2010
Philippe Berne
Festival guitare issoudun 2010
Cliquez sur l'image pour accder  l'article
03-12-2009
Philippe Berne
Modèle Acacia à Issoudun 2009
Cliquez sur l'image pour accder  l'article
12-09-2008
Philippe Berne
Salon de la musique et du son 2008
Cliquez sur l'image pour accder  l'article
15-06-2007
Philippe Berne
Rencontre filmée dans l'atelier de Philippe Berne
td>
Cliquez sur l'image pour accder  l'article
16-02-2007
Philippe Berne
Guitare triangulaire du luthier Philippe Berne
Cliquez sur l'image pour accder  l'article
30-05-2003
Philippe Berne
Exposition de luthiers au 28ème festival musique et danses du monde

Culture Guitare