guitare avec laguitare.com (guitares, basses, lutherie, matériel guitare


Reportages :

PORTRAITS - IMOGEN HEAP ENTRE ENCHANTEMENT ET (IR)RéALITé

«
1 - 2 - 3
  

PORTRAIT - Imogen Heap - http://www.imogenheap.com/ - 1/3
REDACTEUR : ANNA

« Entre enchantement et (ir)réalité..... »
LES PREMIERES NOTES DE MUSIQUE.
Le 9 Décembre 1977 au Royaume Uni, vient au monde l'une des artistes électro la plus géniale de sa génération, à l'univers merveilleux hors du commun et à la sensibilité musicale et artistique toute particulière.....ce génie, c'est la belle Imogen Heap.
Depuis l'âge de douze ans, la jeune artiste en herbe apprend le piano, le violoncelle, la clarinette et le piano à pouces. Elle écrit également ses propres textes et prend de l'assurance dans son travail de création. Suite à une dispute avec son professeur de musique, elle se fait punir de manière originale: la belle devra tout faire elle même, de la composition à la programmation de ses chansons. C'est le déclic, Imogen plonge les mains dans la programmation et laisse parler son génie et son inspiration.


I MEGAPHONE

Alors qu'elle n'a que 17 ans, Imogen Heap signe son premier contrat avec le label Universal Music et sort son premier album solo intitulé I MEGAPHONE, qui est un anagramme de son nom. L'album sort en 1998 et a des sonorités très pop rock, ce qui en fin de compte correspond à la tendance qui est dans l'air à cette époque pour la plupart des artistes féminines anglo saxones telles que Alanis Morissette, Chantal Kreviazuk, Heather Nova, Joan Osborne ou encore Leah Andreone. Sur cet album, Imogen est énervée, et à cet âge là c'est normal. A coups de guitares électriques et une voix souvent cassée, elle ne se met que peu en valeur dans ce style rock qui se révèlera par la suite ne pas vraiment être le sien. Techniquement, I MEGAPHONE n'est pas mauvais, mais il ne sort tout simplement pas du lot, et même s'il permet à la jeune Imogen de passer sur le banc d'essai, on comprend qu'il puisse rester relativement dans l'ombre. Certains titres sont pourtant intéressants, tel que le très beau « Shine », le mélancolique « Come Here Boy » ou encore le premier titre de l'album « Getting Scared » qui sera produit par Guy Sigsworth. Et c'est justement grâce à lui que la tendance électro se fait sentir sur cette chanson uniquement.

Shine

En 2002, l'album ressortira au Japon avec une toute nouvelle pochette et quelques titres inédits. Cet album est disons donc plutôt moyen, et à part ces trois titres fards, il n' y pas grand chose à signaler...Mais la lumière n'est pas loin.
 
PAGES : 1 - 2 - 3
Culture Guitare