guitare avec laguitare.com (guitares, basses, lutherie, matériel guitare


Reportages :

DISQUES CD - GOWY GREGORY FRANçOIS ESSENTIAL TRACKS

  
CD ALBUM - Gowy : Essential Tracks
REDACTEUR : RICARDO

Cet album, je l'ai attendu et pas qu'un peu: trois ans ans, trois longues années entre le moment où je rencontrais un luthier à tomber par terre M. Benoît de Bretagne qui est un ami très cher de l'artiste concerné par cette chronique: Gowy.

J'ai voulu en savoir plus sur la génèse de cet album, plus sur ce mec aussi. Son interview est d'une limpidité totale.

Regardez bien cette pochette, ce personnage que nous supposons être un alchimiste entouré d'objets étranges et, de livres qui ne le semblent pas moins.

Cette pochette, ce dessin représente très fidèlement le contenu de ce disque, un monde à part, il rassemble toutes les influences que contient Gowy, le résultat est beau de par son contenu mais aussi, de par l'esprit qui l'habite.

Gowy est un artiste au sens plein et entier du terme, un autodidacte, un amoureux de sa musique, deux influences totalement fusionnées planent sur ce disque, Steve Vai et son mentor de toujours Frank Zappa.

Si vous avez des à priori, c'est le moment d'aller faire autre chose, à tous les autres, installez vous la visite vaut largement le temps que vous y consacrerez.

Ce disque est son premier, ce sont indéniablement ceux que je préfère, l'artiste a attendu avant de pouvoir le faire, il a amassé ses compositions, les a amoureusement peaufinées avant d'enfin, pouvoir les coucher sur bande. Ce premier disque s'avère souvent être le condensé de quelques années de la vie d'un artiste, un instant rare.

14 morceaux sont contenus dans cet album, certains chantés, d'autres instrumentaux, des interludes musicaux se mélangent entre les titres le tout est un voyage dans le monde de Gowy. Un monde de douceur comme le premier titre 2002, un monde sur lequel son regard est touchant, pas tendre mais surtout pas cynique, les paroles du second titre Le fils du Vaudou sont éloquentes. La guitare vrille notre crâne jusqu'au bout du titre. Beau, très beau.

Gowy à un cœur qui bat, ce mec ne joue pas dans la catégorie des cons testataires ou autres, l'émotion pointe sur Attentat ou il demande dans un couplet "Qui sont ces lâches/ Qui sont ces assassina / Qui tuent à la tâche/ A l'appétit sanguin/Pour quelle religion/Par quelle possession/Pour quels idéaux/Pour quel drapeau". Là encore, ces mots sans la musique qui les accompagne n'auraient pas le même impact, un "détail", les victimes de cette chanson sont des enfants.

Coma est un titre ou se mélangent des influences techno et bruitistes alors qu'une mélodie sublime jouée à la guitare porte le morceau de bout en bout. Ce titre est le premier nous faisant découvrir un de ces interludes émaillant ce disque.

Mélanie est une comptine sur laquelle l'ombre de Steve Vai plane, difficile ne pas y voir un hommage. Ce disque en comporte deux, le second viens tout de suite après il s'agit de...

Tikitiki Koé, là pas de doute, Gowy a enregistré son Ya Yo Gak à lui, tout comme pour Steve Vai, je trouve ce titre phénoménal car voyez vous, si chacun d'entre nous à sa définition de la beauté pour ma part, je considère que partir d'une onomatopée d'enfant pour bâtir un morceau autour, un morceau qui se love autour de cette onomatopée comme une douce couverture sur cet enfant endormi...me semble être une bonne définition de cette beauté. A vous de juger. Le jeu de Gowy est monstrueux sur ce titre, monstrueux.

GreenLovers est le morceau qui a la plus forte résonance ou influence (au choix) Zappaïenne, cuivres, guitare sublime, basse groovy, virtuosité inhumaine le tout au service d'une mélodie immédiate. Respect total.

Pussy Cat est...un interlude, je l'adore, Gowy s'amuse entre notes frappées et jouées au vibrato, pédale wah-wha, petite ritournelle au clavier, on pourrait croire que cela va s'arrêter et pourtant, le texte est beau, simple, touchant, il permet des envolées guitaristiques couplées à un chant sublime. Cette chanson est dédiée à...un petit chat.

Old Blues prend la relève, intro basse doum-doum et arpèges clairs puis, chorus cool voir lumineux, ce titre est un Blues étiré par des notes hautes, très hautes, malmené par la virtuosité toute en douceur imposée par Gowy, le tempo ne s'accélère pas tout au long de ces 5 minutes 42, la langueur est de mise. Ce titre est très beau, mettez un casque et fermez les yeux, vous y êtes ? Laissez vous porter par cette mélodie. Sublime

Variation sur Mélanie est donc comme son titre l'indique, une variation du 5ème titre, là le délire va un poil plus loin avec cette trompette ce piano et ce triangle s'échangeant quelques notes avant les bruitages de fin. 1 minute 08 de délire.

Song for Y ou fait suite, petite ritournelle contenant des voicings et des arrangements simples, la mélodie prime là encore sur tout le reste, titre très court nous amenant vers un des plus beaux morceaux de l'album, le dénomé...

Secrets, difficile de ne pas y voir une analogie avec le grand Steve, celui de Fire Garden, guitare acoustique jouant une série d'accords posés sur ce qui constitue l'âme même de ce disque: la mélodie. Une envolée de notes à la guitare électrique joue ce que nous pourrions qualifier de pont puis, de nouveau l'acoustique et ses accords légers reprend le titre jusqu'au final. Je suis amoureux de ce titre.

IPS 33 est un autre interlude, plus barré, plus bruitiste que les précédents et, tout aussi court.

The alien conclut ce disque, bruitages étranges au clavier mélopée au synthé, guitare envoûtante, ce titre est la fin logique de cet album, celui condensant la somme des influences, bruitistes, mélodiques, harmoniques, la totale. Belle fin.

Cet album est, de mon point de vue, magnifique, ce mec est rare, ce n'est pas un branleur de manche de plus, rien en lui ne respire le guitar héros. Ce disque est le résultat de toute la passion et l'amour que porte Gowy à ceux qui l'ont influencé. C'est un disque d'émotions, ni plus, ni moins.

Gowy for Ever.Lire l'interview

Acheter cet album / site de Gowy: www.gowy.fr

Site de Benoît de Bretagne:http://www.benoit-de-bretagne.com
Site de Steve Vai français: www.stevevai.fr
Site de Steve Vai américain: www.vai.com
Site de Frank Zappa: www.zappa.com

Le titre Ya Yo Gak est tiré de l'album de Steve Vai Alien Love Secrets


Ricardo - le 10 novembre 2007 - Le site web

 
ARTICLES RELIES
Cliquez sur l'image pour accder  l'article
12-02-2016
Gowy Grégory François
Atoms
Cliquez sur l'image pour accder  l'article
12-02-2016
Gowy Grégory François
Interview
Cliquez sur l'image pour accder  l'article
10-11-2007
Gowy Gregory François
Interview
Culture Guitare