guitare avec laguitare.com (guitares, basses, lutherie, matériel guitare


SALONS - MUSIC AND YOU LE SALON DE LA MUSIQUE DE PARIS

  

SALON - Music&You - Salon de la musique de Paris 2010 - 3ème édition du 19 au 22 novembre
REDACTEUR : JACQUES CARBONNEAUX


Le salon de la musique de Paris, qui a pris le nom "Music&You" pour cette troisième édition était très attendu mais aussi très controversé dans la profession. Avant de rentrer dans le vif du sujet, il est indispensable de dresser une liste des acteurs d'un salon comme celui de Paris.

Le salon de la musique : pour qui ? par qui ?

Pour qui ?


Idéalement un salon de la musique s'adresse à un public aussi bien amateur que professionnel. Ce public est scindé en deux grandes familles : les musiciens (amateurs et professionnels) et les commerçants.

Musiciens...
- Dans les musiciens amateurs on peut inclure les familles, les écoles et ceux qui jouent ou souhaitent jouer d'un instrument dans le cadre d'un loisir.
- Les musiciens professionnels vivent de leur musique et l'achat d'un instrument est considéré ici comme un investissement. Un salon de la musique est donc l'occasion pour lui de mettre en concurrence les marques qui proposent les produits dont il a besoin pour son activité artistique. On retrouve aussi ces guitaristes professionnels sur les stands des marques en tant que démonstrateurs.


En effet, un artiste qui choisit une marque qui lui convient peut passer un contrat d'endorsement avec celle-ci. Dans ce deal, l'artiste peut bénéficier de facilité de paiement, de remise et d'une communication de son image à travers celle de la marque. En échange la marque demande à l'artiste de prêter son image pour valoriser ses produits auprès du grand public. Intervenir comme démonstrateur pendant les salons de la musique fait donc partie de ce deal. On notera cette année la présence très remarquée de Marcus Miller sur le stand de chez Fender mais aussi celle de Nono de Trust, Jean-Louis Bertignac, Christophe Godin, Christophe Rime, Solorazaf, Abaji, Sylvestre Planchais, Tristan Klein, Manu Livertout, Michel Haumont, Dan Ar Braz, Soig Siberil, Jean-Félix Lalanne et bien d'autres …

Les familles qui se rendent au salon de la musique ont des raisons diverses et variées. Que ce soit pour une visite en famille sans objectif particulier, découvrir un instrument à travers des ateliers, des démonstrations, trouver l'instrument qui conviendra aux enfants pour Noë l ou au vue d'une inscription au conservatoire, une école ou un cours particulier.

Custom Guitar Shop - Guy et Gurban Oudenot - Laguitare.com Custom Guitar Shop - Guy et Gurban Oudenot - Laguitare.com

Commerçants...
Un salon de la musique, c'est aussi un lieu de rencontres et de rendez-vous purement professionnels. Les distributeurs, importateurs et magasins viennent renouveler leurs contrats existants, en signer d'autres, trouver de nouvelles marques etc.
C'est aussi l'occasion de dresser un bilan sur le marché de la profession, la concurrence, les tendances du marché. Certains même n'y vont que pour faire un tour, se montrer et observer.


Par qui ?
Il convient tout d'abord de vous informer sur qui commande ce salon de la musique et qui l'organise.


C.S.F.I
Le commanditaire, le maître d'ouvrage du salon de la musique est la C.S.F.I.
Depuis 1890, la Chambre Syndicale de la Facture Instrumentale regroupe sociétés et artisans qui fabriquent, distribuent et exportent les instruments de musique et accessoires associés, ainsi que des éditeurs.


Reed Expositions France
L'organisateur, le maître d' œuvre est la société Reed Expositions France spécialisée dans l'organisation de 60 salons professionnels et grand public en France dans 19 secteurs d'activités différents.


Bilan de l'édition 2010

Après le parc des expositions de la porte de Versailles, voilà que le salon de la musique retrouve son premier amour : la grande Halle de la Villette, lieu magnifique empreint d'histoire et situé au cœur de la cité de la Musique de Paris.

Le salon n'avait pas encore ouvert ses portes que la polémique commençait déjà à courir avec l'absence remarquée de grandes marques et d'importateurs. Le premier tour effectué à l'ouverture des portes le 19 au matin confirma ces rumeurs et c'est en effet le plus petit salon de la musique de Paris que je découvrais en 11 ans d'activités dans le monde de la guitare.

Concernant les luthiers artisans, moins d'une dizaine étaient présents cette année mais je n'étais pas étonné d'en voir si peu. La raison est simple, le coût d'un stand de 9m2 + frais revient entre 3 000 et 4 000 euros. Quand on sait que les revenus d'un luthier tournent autour du SMIC pour une grande majorité d'entre eux, il ne faut pas réfléchir bien longtemps pour comprendre qu'un tel salon représente un énorme investissement pour un luthier. A ce coût, il faut ajouter le temps qu'il doit consacrer pendant un an pour réaliser les modèles qu'il va exposer.

Me voilà donc à arpenter les allées de cette magnifique Halle de la Villette, caméra au poing avec l'envie d'en savoir plus sur les raisons de la désertion d'une partie de la profession. C'est alors qu'au troisième jour, une charmante collaboratrice de Reed Expos me propose de réaliser une interview d'Antonio Morais, responsable de la société qui organise le salon.

Ce fut donc pour moi l'occasion rêvée d'essayer d'obtenir des réponses à toutes mes questions. Avant de poursuivre cet article, je vous invite à écouter cette interview (ci-dessous) très riche et très ouverte. Désolé pour la mauvaise qualité du son due à une panne d'un de mes micros mais le contenu vaut la peine d'être écouté attentivement. Je reprends la suite de cet article juste après...

INTERVIEW D'ANTONIO MORAIS
RESPONSABLE DE REED EXPOSITIONS FRANCE
Le 21/11/2010


Reprenons l'entretien point par point :


Le succès du grand public...

Tout à été fait pour rendre ce salon ludique et informatif avec beaucoup de concerts ( Scène Yamaha, Scène Paul Ricard, Music&Uke etc. ), beaucoup de démonstrations sur les stands, des ateliers pour les enfants qui étaient venus en grand nombre cette année encore. Une partie des professionnels ont joué le jeu de la pédagogie, notamment les magasins de musique comme Woodbrass et labaguetterie avec des ateliers MAO pour le premier et des rangées de batteries électroniques pour le deuxième.
Une bonne communication en amont de la part de l'organisateur a permis de drainer un très large public.

La désertion de la profession...

Comme l'explique Antonio Morais dans cet entretien, beaucoup de marques et d'importateurs préfèrent investir dans la vente et dans le réseau professionnel plutôt que dans leur communication avec le grand public qu'ils ont choisi de faire directement dans les magasins avec des actions ciblées. De plus, la conjoncture économique étrangle une bonne partie des budgets consacrés à ce type d'événements.

Il faut ajouter à cela que le salon de la musique de Paris n'a pas la même dimension et le même impact sur la profession qu'un Namm Show à Los Angeles ou qu'un Musikmesse à Francfort. Certains constructeurs présents au salon m'ont même confié avoir plusieurs nouveautés qu'ils
ne voulaient pas dévoiler à Paris mais qu'ils préfèreraient le faire à Los Angeles et à Francfort.


Il est donc clair que l'ambition de produire un salon comme Francfort à Paris n'est pas l'objectif de l'organisateur et d'ailleurs, la ville de Paris a-t-elle sa place sur ce marché international ?

Custom Guitar Shop - Guy et Gurban Oudenot - Laguitare.com Custom Guitar Shop - Guy et Gurban Oudenot - Laguitare.com

Luthiers ou pas luthiers ?

Nous voici au cœur du débat qui me préoccupe tout particulièrement et suite à cet entretien, plusieurs points sont à retenir.

Deux solutions sont proposées par l'organisateur pour faire baisser le coût du stand pour un artisan luthier. Celle qu'Antonio Morais privilégie est de compter sur un nombre suffisant de grandes marques afin de rentabiliser la location d'espace d'exposition au m2. Compte tenu du peu d'exposants, cette solution tombe à l'eau.

L'autre solution consiste à ce que les représentants de la profession des artisans luthiers se regroupent, obtiennent une subvention et négocient avec l'organisateur un espace de 200 ou 300 m2 afin de regrouper les luthiers qui verraient alors le prix au m2 devenir un beaucoup plus abordable.

Mais voilà, qui sont les représentants de la profession "luthier guitares" ?

A entendre Antonio Morais sur le sujet, on a l'impression d'être au milieu d'un panier de crabes ! Alors qu'en est-il ?

Il est regrettable de faire cette constatation mais la lutherie guitare est de fait et historiquement scindée en deux grandes familles, les luthiers en guitare classique (souvent rattachés aux luthiers de quatuor) et les autres...

Je caricature mais la réalité est bien proche de ça. On voit donc des associations, des salons de guitare et des actions se monter et fleurir dans le monde de la corde nylon sans que les autres cordes y soient invitées. De plus, malgré la tentative de certains luthiers et de laguitare.com avec la création de LABEL GUITARE qui avait obtenu un espace important et peu coûteux lors de l'édition 2001 du salon de la musique de Paris à l'époque sous le nom de Musicmania et Musicora, il est dommage de constater que rien depuis n'a été fait pour fédérer cette profession.


Custom Guitar Shop - Guy et Gurban Oudenot - Laguitare.com Custom Guitar Shop - Guy et Gurban Oudenot - Laguitare.com

Que fait d'ailleurs la CSFI, commanditaire du salon pour les luthiers ? Comme il a été dit dans l'entretien, les luthiers du quatuor ont failli se retrouver sur une belle mezzanine. Les maî tres d'Art ont obtenu un très joli stand avec un seul luthier guitare (corde nylon) !
Et puis, il vous suffit de lire la liste des adhérents de la CSFI pour voir que les plus de trois cents luthiers artisans exerçant en France ne sont nullement représentés par cet organisme qui est tout simplement le regroupement des plus gros importateurs en France.


Qui reste-t-il alors pour représenter par des actions concrètes la profession de luthier artisan en France ?

Je trouve dommage de constater que seule l'association Laguitare.com avec si peu de moyens tente de fédérer cette profession sans distinction aucune. Si d'autres associations existent, qui sont elles et que font elles concrètement pour la profession ?

L'association Laguitare.com depuis 1999 a pour objectif de promouvoir le travail des luthiers à travers internet mais aussi depuis 2007 en aidant les luthiers français à s'exporter. Lorsque j'ai rencontré François-Xavier Brunet en 2007 chez Ubi-France pour devenir le chargé de mission pour le salon de guitare de Montréal, j'ai été surpris de constater que des actions avaient été menées pour des luthiers du quatuor et donc certains luthiers en guitares à cordes nylon mais rien pour les autres.

Je ne suis pas là pour juger, je dresse juste un triste constat. Ma seule intention est d'agir et d'agir pour tous les artisans luthiers guitares quelle que soit leur spécialité.

Le rendez-vous pour 2012...

C'est donc en tant que président d'association que j'ai proposé à Antonio Morais de tenter de faire bouger les choses pour la prochaine édition en 2012 et espérer voir enfin un salon de la musique où l'artisan aurait sa place sans devoir se saigner pendant un an pour y participer.

Pour finir et après avoir fait un petit sondage auprès des luthiers qui exposaient cette année, cette édition a été globalement positive pour eux. Certains ont vendu et tous ont pris un grand nombre de contacts.

Ce salon est donc un rendez-vous incontournable pour la profession de luthier.

Un nouveau challenge pour l'association laguitare.com !

Jacques Carbonneaux - Décembre 2010



LES LUTHIERS AU SALON DE LA MUSIQUE
Musique : Amanyth



 
ARTICLES RELIES
Cliquez sur l'image pour accder  l'article
18-11-2010
Music and You
Défi Ukulélé au salon de la musique de Paris
Cliquez sur l'image pour accder  l'article


Culture Guitare