guitare avec laguitare.com (guitares, basses, lutherie, matériel guitare


Reportages :

DISQUES CD - PHANTOM BUFFALO TADALOORA

  
CD ALBUM - Phantom Buffalo : Tadaloora
REDACTEUR : JPH

Pour ce retour sur laguitare.com, après toutes ces années, une foule d'albums s'offrait à moi.

Qui chroniquer ? Edward Sharpe et son Up from Below, Leisure Society, les New Pornographers, Woodpigeon, The Clientele , Ramona Falls ? Pour ce dernier, j'avoue avoir hésité. Pas d'inquiètude, ce n'est que partie remise.

Et puis, j'ai opté pour du frais, du récent.

Phantom Buffalo et leur dernier album Tadaloora.

Le plus bel album de ce groupe US qui nous avait déjà gratifié en 2010 de l'excellent et aérien Cement Postcard With Owl Colours.
Ici, nous voilà face à un très grand album de pop/rock indispensable pour les amateurs de ce genre.

Toutes les chansons sont de pures merveilles mélodiques aux arrangements délicats, surprenants.

On n'avait pas entendu plus belles mélodies depuis le "If You're Feeling Sinister" de Belle & Sebastian.

Eux seuls semblaient avoir trouvé la recette de ces chansons parfaites, il y a 16 ans déjà.
Et puis, venu de nulle part, enfin si de Portland, (pas le Portland des Dandys Warhols) dans le Maine, atterrit cet objet luxueux.

Si on découvre beaucoup de points communs avec les Ecossais, notamment la voix de Jonathan Balzano-Brookes, la facilité mélodique associée aux instruments à vent : les trompettes de «Horse named Reginald» ou de la courte sucrerie d'introduction qu'est «Gilden Gate», on s'égare aussi vers les sons et la flânerie contemplative du Spoon & Rafter de Mojave 3.

Avec ces références, les connaisseurs comprendront que l'on est donc sur les sommets de la Pop.
Mais l'ensemble du disque est plus varié, plus tortueux que ces alter ego, plus osé, plus libre peut-être.
Avec ces références, les connaisseurs comprendront que l'on est donc sur les sommets de la Pop.
Mais l'ensemble du disque est plus varié, plus tortueux que ces alter ego, plus osé, plus libre peut-être.

Les guitares peuvent devenir teigneuses (Oldest Man) ou carrément saturées en début et fin de «Frost Throat», les mélodies acrobatiquement mélangées « Amateur Florist » (en écoute ci-dessous).

On passe d'une pépite pop «Stark Glass Man» à un étonnant, sautillant et quasi enfantin morceau comme «Sea lions saves librarian» en bifurquant vers une construction musicale foklo/médiévale toute en réverb et vibrato lorgnant vers Richard Thompson : «Foghorn»
Les débuts en douceur acoustiques de «Flag City» ou «Bloom bloom Flowers» versent soudain dans l'électricité.
La fin d'album est hypnotique. L'exact envers de l'introduction sucrée. On y retrouve le Phantom Buffalo aérien et psychédélique des albums précédents.

On reste sous le charme de cette diversité qui rend l'album si cohérent, attachant et jamais ennuyeux..
Un pur bijou de fin d'année pour les amateurs de pop.

Jph le 20 décembre 2012
- Le site de Microcultures

Phantom Buffalo : Tadaloora

01) Gilden Gate :
02) Wedding Day Massacre :
03) Foghorn :
04) Amateur Florist :
05) Stark Glass Man :
06) Field & Forest :
07) Horse named Reginald :
08) Oldest Man :
09) Sea lions saves librarian :
10) Frost Throat :
11) Flag City :
12) Bloom bloom flowers :
13) Journey To The Castle Of The Racing Wind


Phantom Buffalo - Amateur Florist
   

Phantom Buffalo, l'interview par Citazine
   
 
Culture Guitare